fbpx
Interview | Growth Hacking, une mise au point s’impose !
30 Mai 2018

Interview | Growth Hacking, une mise au point s’impose !

30 Mai 2018

Si vous avez un pied dans le Growth Hacking, vous connaissez forcément Mikael Monjour. Adepte des Meetups et autres workshops, fondateur du Groupe Facebook “Growth hacking : Learning, Testing & Analytics”, il est aujourd’hui une des références dans le domaine du Growth.

Zoom sur cette nouvelle tête montante qui nous livre sa vision du Growth Hacking et comment intégrer cette compétence à votre entreprise !
Bonne lecture.

GROWTH HACKING, WHAT DOES IT MEAN ?


“Depuis quelques années en France, on note une tendance dans l’entrepreneuriat à utiliser des anglicismes à toutes les sauces. “Demain j’ai un “workshop” dans un espace de “co-working”, je vais “networker” avec gens “smarts” !”… blablabla !

Problème ? Ces anglicismes peuvent parfois brouiller les cartes en matière de compréhension et de définition. On a souvent tendance à utiliser l’anglais par facilité et simplification, en évitant tout travail de recherche en amont.

Ce qui engendre une mauvaise compréhension des termes, surtout du terme Growth Hacking ! (Oupsss)

Le Growth Hacking est bien trop souvent utilisé comme un mot magique, une expression fourre tout qui donnerait la possibilité et la permission aux entreprises de ne plus se soucier de leurs clients. (Triste constat…)


Hé oui, aujourd’hui beaucoup trop d’entreprises pensent que le Growth Hacking n’est que :

  • de l’outbound marketing (ou marketing “sortant” qui regroupe généralement les techniques marketing par lesquelles on cible une population de prospects / consommateurs à laquelle on adresse un message publicitaire ou de marketing direct)
  • ou du push marketing (ou stratégie de push qui est historiquement la démarche qui consiste à pousser le produit vers les consommateurs.)

 

Avec le Growth Hacking, les entreprises pensent s’ouvrir à un flux énorme de nouveaux prospects : ce qui justifierait de ne plus entretenir ses clients et de ne plus les cajoler. Aux dires de certains, il serait si facile d’en trouver de nouveaux, que ce serait une perte de temps de fidéliser ses clients actuels !

Mais où va-t-on ?!”

 

 

MAIS ALORS, C’EST QUOI LE GROWTH HACKING ?

“Le Growth Hacking est avant tout un état d’esprit qui amène un individu à utiliser des méthodes non-normatives dans un but de croissance rapide.


Séduisant non ? Mais attention à ce que cela implique de :

  • Savoir ce qui est normatif ou pas ?
  • Connaître ce que les personnes ont l’habitude de faire ou pas dans son milieu ?
  • Effectuer une veille permanente sur ce qui se fait,
  • Avoir du temps pour connaître et s’échapper des méthodes traditionnelles, dites normatives,
  • Avoir un état d’esprit orienté sur le bouleversement de l’établi.”

 

GROWTH HACKING VS. GROWTH MARKETING

“Toujours dans un soucis de bonne interprétation, il est important de ne pas le confondre le Growth Hacking avec le Growth Marketing !
Alors remettons, les pendules à l’heure 😉

  • “Le Growth Hacking cherche à rebattre les cartes quand le Growth Marketing se veut à la recherche de la meilleure main”
  • “Le Growth Hacking change de paradigme alors que le Growth Marketing table sur la performance l’existant”
  • Il est possible de se dénommer Growth Marketeur, il est compliqué d’adopter une posture de Growth Hacker à plein temps.
  • Alors qu’un Growth Hacker est souvent Growth Marketeur, la corrélation n’est pas si évidente dans le sens inverse.

Pour mieux différencier ces deux profils, la présentation d’une journée type s’impose ! »

 

La journée type du Growth Hacker

  • Bouleverser l’ordre établi, quitte à créer ses scripts et utiliser de nouveaux outils
  • Tester de nouvelles choses régulièrement pour avoir un temps d’avance sur ses concurrents (des trucs rigolos si possible)
  • Énormément de temps passé à faire de la veille et à tester de nouveaux outils, nouvelles typologies d’automatisation, création de script, contenus…
  • Sortir (si il le peut) de ce qui est payant. Par contre il peut opter pour une solution payante si le rapport gain/temps passé est négatif. (Attention .. Il est toujours possible de trouver de nouveaux Hacks sur les outils payants)
  • Framework AARRR (Acquisition, Activation, Revenue, Retention, Referral)
  • Établissement des persona dites idéales (vision) et réelles. Pour cibler très précisément leads, prospects et clients
  • Frameworks ICE / PIE / PXL  pour prioriser ses tâches
  • 1 à 2 heures de formation pour être à jour en matière de compétences

La journée type de Growth Marketeur

  • Performance de l’existant grâce aux supports traditionnels du marketing
  • Tester de nouvelles choses régulièrement pour avoir un temps d’avance sur ses concurrents
  • Tendance à optimiser (CRO) son temps et ses actions
  • SEO et SEA orienté contenus et display et bons backlinks
  • Utilisation du Paid Advertising, travailler sur la conversion
  • Framework AARRR (Acquisition, Activation, Revenue, Retention, Referral)
  • Établissement des personna dites idéales (vision) et réelles. Pour cibler très précisément leads, prospects et clients
  • Frameworks ICE / PIE / PXL pour prioriser ses tâches
  • 1 à 2 heures de formation pour être à jour en matière de compétences

 

LE GROWTH HACKING EST-IL FAIT POUR VOUS ?

“Le Growth Hacking a la côte, il faut le dire. Son prisme novateur peut amener à une croissance fulgurante avec un budget limité (sans être la condition sinequanone). La preuve avec de nombreuses startups sorties de terre en un temps record :  Slack, Fred de la Compta, Dropbox et Tinder, pour ne citer qu’eux ! Bien que parfois heureux, le GH connaît pourtant ses limites.

L’originalité et la force du GH se retrouvent dans la capacité à sortir des sentiers battus pour amener l’entreprise à atteindre ses objectifs de croissance, parfois en empruntant des chemins différents. Mais aussi, de savoir pourquoi il est… qui et quoi il sert.

L’innovation et la recherche demande du temps, un luxe que ne peuvent pas se permettre toutes les structures.

Alors si vous êtes prêt à accorder du temps et que vous avez la volonté d’emprunter des chemins différents pour atteindre vos objectifs de croissance, le Growth Hacking est une bonne source d’inspiration.

Maintenant il ne reste qu’à recruter le bon profil. MAIS ATTENTION !”


GROWTH HACKING, WHAT DID YOU EXPECT ?

 


Une mauvaise compréhension du terme entraîne une mauvaise interprétation du poste, une mauvaise définition… et de grosses difficultés à recruter des “Growth Hacker”. Logique ! 

 

4 problèmes connus liés à une mauvaise compréhension du terme :

  • 1 | Un intitulé trop vaste ou trop large !
    • Conséquence :  augmentation des pré-requis et donc réduction du nombre de postulants à votre annonce.
  • 2 | Une annonce mal définie avec une mission infinie !
    • Conséquence : si une non-compréhension de la mission demeure du côté des entreprises, celle-ci se transmet au futur salarié, et l’empêche de visualiser le travail à fournir.
  • 3 | Si le recruteur ou manager voit le Growth Hacker comme un magicien, il oublie souvent de prendre le temps suffisant pour le former !
    • Conséquence : une perte de temps pour le Growth Hacker. Il n’a pas toutes les réponses et donc va fonctionner par analogie. Exemple : sur Google, si on tape 2 mots, Google nous en propose un 3ème en fonction des potentialités les plus probables. Sans directives communes, le patron et le GH arriveront à une crispation… contre-productive.
  • 4 | Conclusion : éviter le sur-apprentissage !
    • Pour une mission trop large et un faible onboarding, le GH va approfondir un nombre très important  de sujets pour faire du “au cas où”. Il va construire ses tests sur un nombre élevé d’hypothèses, apprendre beaucoup plus de choses que nécessaire pour palier à tous les problèmes et aux demandes potentielles. Exemple : au cas où le GH dois faire un logo, il devra monter en compétences sur de la PAO. Alors que si un designer est dans l’équipe, le GH aurait pu approfondir les connaissances liées à son métier, plutôt que de se former sur un domaine complètement différent.

 

Dernier tip : quand vous recrutez un GH il est souvent plus facile de se concentrer sur ses deux meilleures compétences (T-shape marketing). Et surtout assurez-vous de leur pertinence avec votre entreprise et vos objectifs de croissance. »

 

Mikael Monjour

“A 25 ans, j’ai envie d’aider à fédérer la communauté de growth hacker sur Paris et sur la France. J’ai plusieurs d’événements prévus pour la communauté Growth Hacking, et surtout je travaille sur d’autres gros gros sujets…mais ça, je vous en parlerais plus tard 😈 (son émoji préféré)”

 

Si après avoir lu cet article, vous voyez toujours le Growth Hacking comme votre solution, la prochaine étape est donc le recrutement de votre futur Growth Hacker.

 

Leave a comment
More Posts
Comments

Comments are closed.